Mouchoirs au pesto de noix et tomates séchées {Fazzoletti}

par Darya

IMG_7513

En ce moment, nous nous mouchons beaucoup. Rhume des foins, rhume tout court, larmes de joie, de tristesse, d’émotion, d’hilarité, d’oignons, que sais-je. Mais nous avons aussi découvert une nouvelle manière de consommer des mouchoirs : les pâtes.

En effet, les Italiens, ces pastavores de génie, ont inventé un terme spécifique pour désigner les feuilles de lasagne cuites et servies comme des pâtes : ils appellent ça des fazzoletti, ce qui signifie littéralement « mouchoirs ». Et voilà : nous mangeons donc des mouchoirs, ce qui est infiniment plus intrigant que « feuilles-de-lasagnes-cuites-et-servies -comme-des-pâtes », ne trouvez-vous pas ? Au lieu d’alterner des couches de ceci-cela entre des feuilles de lasagnes, on sert ces « mouchoirs », disposés sur une assiette en un joli drapé artistique, nappés d’une sauce simple, de type pesto ou sauce tomate. Habituellement, nous sommes amateurs de sauces qui font « floc-floc » sur nos pâtes, mais pour cette fois, nous avons été unanimes : les mouchoirs sont faits pour être servis avec un pesto.

IMG_7424

Aujourd’hui c’est donc un pesto de noix et tomates séchées qui orne nos mouchoirs. Ce pesto a beau se préparer en quelques minutes, il n’en est pas moins savoureux, surtout si l’on a de bons ingrédients sous la main, comme ces tomates séchées à l’huile que j’ai aromatisées moi-même avec de l’ail, du piment, de la marjolaine fraîche et une bonne huile d’olive. Je pense que ce plat fonctionnerait bien en entrée, car il est léger et élégant, mais bien sûr, nous avons choisi de le dévorer à deux en plat principal, ce qui n’a d’ailleurs aucunement amoindri sa légèreté ni son élégance. Il est évident qu’un laminoir à pâtes vous ferait gagner un temps et une énergie précieuse, mais certains courageux voudront peut-être étaler la pâte au rouleau, ne serait-ce que pour le plaisir de pouvoir servir des mouchoirs à table.

IMG_7486

IMG_7482

Ingrédients (pour 2 en plat principal et 4 en entrée)

Pour les pâtes
– 150 gr. de farine de blé (T 65)
– 50 gr. de semoule de blé dur (on la trouve dans les magasins bio et les épiceries italiennes) ou 50 gr. supplémentaires de farine ordinaire
– 1 grosse pincée de sel
– 2 œufs
– 1 c. à café d’huile d’olive

Pour le pesto
– 50 gr. de cerneaux de noix
– 3-4 tomates séchées à l’huile
– 1 petite gousse d’ail, pelée et dégermée
– 3 brins de thym frais, lavé et effeuillé
– Un peu de sel, de coriandre moulu et de piment d’Espelette
– 4 c. à soupe d’huile d’olive

Pour servir
– Un peu de persil plat lavé, séché et finement haché
– Un peu de parmesan fraîchement râpé

IMG_7496 IMG_7497

Recette

– Préparer le pesto (jusqu’à 48 heures à l’avance) : faire griller les cerneaux de noix à sec dans une petite poêle, jusqu’à ce qu’ils dorent légèrement. Attention à ne pas les brûler. Laisser refroidir, puis mixer tous les ingrédients du pesto, en ajoutant l’huile d’olive progressivement. J’aime que le pesto ne soit pas trop homogène, et il est ici assez épais ; on peut ajouter plus d’huile ou le mixer plus longuement selon la consistance souhaitée. (Conserver au frais, jusqu’au moment du repas).

– Préparer les fazzoletti : dans un bol, mélanger la farine, la semoule de blé dur et le sel. Creuser un puis au milieu et y verser les œufs et l’huile d’olive. Battre les œufs à la fourchette, sans incorporer trop de farine, puis lorsque les œufs ont été battus en omelette, incorporer progressivement la farine à la fourchette. Lorsque la pâte commence à former des grumeaux, la pétrir à la main jusqu’à obtenir une pâte lisse, homogène, épaisse et non collante. Former une boule. L’envelopper dans du film plastique et la laisser reposer au minimum une heure à température ambiante.

– Une fois que la pâte a reposé, la diviser en quatre pâtons à peu près égaux. Conserver les pâtons non utilisés dans le film plastique pour éviter qu’ils ne se dessèchent. Étaler la pâte au moyen d’un laminoir ou à l’aide d’un rouleau à pâtisserie pour les plus courageux. Commencer par passer la pâte plusieurs fois dans la plus large épaisseur du laminoir (cran 1). Réduire l’épaisseur au fur et à mesure. Au cran 4, couper la feuille de pâte en deux. Au cran 6, couper de nouveau la feuille de pâte en deux. La pâte est assez fine au cran 7. Les feuilles obtenues sont donc longues d’environ 16 à 18 cm. Déposer au fur et à mesure les feuilles de pâte sur une plaque ou un torchon fariné. Répéter avec les autres pâtons.

Note : si la pâte colle, la fariner légèrement. Mais j’avoue que je n’ai pas eu besoin de la fariner durant tout ce processus de préparation. Toutefois, il est primordial que la pâte ne colle pas, n’hésitez donc pas à fariner la pâte s’il le faut.

– Lorsque toutes les feuilles (environ 12, mais cela dépendra de leur taille et de leur épaisseur) sont prêtes, les laisser reposer pour qu’elles sèchent légèrement (environ une heure).

– Porter une grande casserole d’eau à ébullition (si la casserole est trop petite, les pâtes colleront entre elles). Saler l’eau généreusement et y plonger les pâtes. Remuer pour éviter qu’elles ne collent. Elles sont prêtes au bout d’une à deux minutes maximum (un peu plus si elles sont plus épaisses). Égoutter ou utiliser une écumoire pour les sortir délicatement de l’eau, et les disposer sur des assiettes creuses en formant un beau drapé artistique. Servir, nappées de pesto dilué dans un peu d’eau de cuisson chaude, et parsemées d’un peu de persil émincé et de parmesan fraîchement râpé.

Note bis: je sers ce plat en nappant au fur et à mesure de pesto, afin qu’il soit réparti de manière plus homogène.

Note ter : le pesto fonctionne très bien comme tartinade, sur du pain grillé, pour un apéro improvisé entre amis.

Buon appetito!

IMG_7511

IMG_7518

The English-speaking corner

Handkerchief pasta {Fazzoletti} with walnut and sun-dried tomato pesto

These days, we have been blowing our noses a lot. Hay fever, mid-season colds, tears of joy, sadness, emotion, laughter, onions, there is always a good reason. But we have most importantly found a new way of using handkerchiefs: pasta.

Those pastavorous geniuses – I mean Italians – actually use a specific term to designate cooked lasagna sheets that are served as pasta; they call them fazzoletti, which literally means « handkerchief ». So we’ve been eating handkerchiefs these past few weeks, which sounds much more intriguing that « cooked-lasagna-sheets-that-are-served-as-pasta », don’t you think? Instead of layering this and that between lasagna sheets, the handkerchiefs are artistically arranged on a plate, and served with a simple sauce, such as pesto, or tomato sauce. We usually opt for thick sauces that make « plop-plop » sounds for our pasta dishes, but this time, we agreed that the handkerchief was an ideal pasta for a simple pesto.

IMG_7502 IMG_7475

Today, I served the handkerchiefs with a walnut and sun-dried tomato chunky pesto. It takes just seconds to make, and is quite delicious, especially if you have good-quality ingredients on hand, such as organic Sicilian sun-dried tomatoes which you have flavored yourself, using garlic, hot pepper, fresh marjoram, and a good olive oil. This dish would be perfect as a first course, as it is light and elegant, but of course we had it as a main dish, which did not lessen its lightness or elegance in the least. If you own a pasta machine, your life will be made easier, but if not, some of the braver ones out there can always choose to roll out the pasta using a good old rolling pin, for the sake of serving handkerchiefs at the table.

IMG_7469 IMG_7432

Ingredients (serves 4 as a first course, or 2 as a main dish)

For the pasta
– 150 gr of AP flour (5.3 oz)
– 50 gr (1.7 oz) durum wheat flour; can be replaced with an extra 50 gr (1.7 oz) AP flour
-1 large pinch of salt
– 1 tsp olive oil
– 2 eggs, at room temperature

For the pesto
– 50 gr (1/2 cup) walnut pieces
– 3-4 sun-dried tomatoes (oil packed)
– 4 Tbsp olive oil
– 1 small clove garlic, peeled, germ removed
– 3 sprigs of fresh thyme
– A pinch of salt, a pinch of ground coriander, and a pinch of Espelette pepper (or other mild pepper flakes)

To serve
– Some chopped flat-leaf parsley
– Some freshly grated parmesan

IMG_7488

Recipe

-Prepare the pesto (up to 48 hours ahead): toast the walnut pieces in a small pan, until lightly browned. Make sure not to burn them. Let the pieces cool, then add to a food processor along with all the other pesto ingredients, adding the olive oil a little at a time. I like this pesto on the chunky and thick side, but if you would like a runnier pesto, just add a little more oil, and process a little longer, until you obtain the texture you like best. Keep in the refrigerator until ready to use.

– Prepare the fazzoletti: in a bowl, stir together the flour, durum wheat, and salt. Make a well in the middle, and pour the eggs and olive oil. Beat the eggs using a fork, without incorporating too much flour. When the eggs are well beaten, gradually start adding flour to the mixture, still using your fork. When the mixture starts looking lumpy, use your hands to knead it into a dough, until it yields a smooth, thick, and perfectly homogenous dough, that doesn’t stick. Shape into a ball. Wrap in some cling film, and let the dough sit for at least an hour at room temperature.

– Once the dough has rested, cut it into for more or less equal pieces. Keep the pieces which are not used wrapped in the cling film, to prevent them from drying out. Using a pasta machine or a rolling pin (good luck!), roll out the dough thinly. I used my pasta machine. I cut each sheet of pasta in two at notches 4 and 6, to make the dough easier to work with. The dough is thin enough after notch 7. Each sheet was about 16-18 cm (6-7 inches) long. Gradually place all the pasta sheets on a floured tea towel or tray.

Note: if the dough sticks, flour it lightly. My dough did not stick at all during the entire process of preparation, so I didn’t need to add any flour. But it is important that the dough does not stick, so if you need it, use it.

– When all the sheets are ready (about 12, but it will depend on their size and thickness), let them dry out slightly (maybe an hour or so).

– Bring a large pot of water to the boil (if the pot is too small, the pasta sheets will stick to one another). Add a large amount of salt to the water, and gently add the pasta to the water. Stir to prevent sticking. The pasta is ready after one or two minutes at the most (a tiny bit more if your pasta is thicker). Drain or use tongs to delicately remove them from the water, and arrange in a pretty shape on a shallow plate. Dilute the pesto with a little hot cooking water from the pasta, and pour over the pasta (I like to add the pesto gradually, so each sheet is covered with a little pesto). Serve hot, with chopped parsley and freshly grated parmesan.

Note: the pesto is great on its own, served on toast, when unexpected guests show up, and you haven’t got much in your cupboards.

Buon appetito! Bon appétit!

IMG_7520 IMG_7521 IMG_7526