Velouté de patates douces et cacahuètes

par Darya

IMG_2881

Lorsque réfrigérateur et placards sont vides (ou presque), je cuisine avec ce qui traîne ; et cela ne m’empêche pas d’innover lorsque l’envie m’en prend. En l’occurrence, ce qui traînait, c’étaient deux grosses patates douces, un bocal de purée de cacahuètes, et un bouquet de coriandre. Lorsque j’ai pour objectif d’utiliser un ingrédient spécifique, je parcours les index de mes livres de cuisine, à la recherche d’inspiration ou d’une recette pour laquelle je n’aurais pas besoin de sortir faire des courses. C’est ainsi que j’ai trouvé une nouvelle recette chez Deborah Madison (dont j’ai déjà parlé ici) : la soupe africaine de patates douces et cacahuètes. Cette soupe est simple, rapide, très parfumée, saine et consistante tout à la fois. Et pour moi, c’était vraiment une nouveauté, je n’avais jamais associé ces ingrédients et saveurs.

Nous avons vraiment aimé cette soupe, à un détail près : j’avais eu la main bien trop lourde sur les flocons de piment. Heureusement que les autres saveurs de cette soupe étaient bien prononcées, autrement nous aurions eu du mal à en profiter (et je crois que c’était presque trop pour le pauvre Grand). Mais la leçon est retenue ; quand ton professeur de yoga te fait cadeau d’un sachet de piment « séché au soleil et écrasé à la main », et qu’il te met en garde en ces termes : « fais très attention, il est extrêmement fort ce piment », il faut absolument le croire et ne pas se croire invincible ; je n’avais jamais eu un piment aussi fort entre les mains. ¡ Ay caramba ! En parlant de yoga, cette soupe se présentait comme une sorte d’application de ce que j’ai appris au stage de yoga auquel j’ai participé dimanche, où l’on nous a dit, entre autres nombreuses choses, qu’un « vrai yogi ne mange jamais ni trop, ni pas assez ». Vous me direz qu’il suffit d’un peu de bon sens pour en arriver à cette conclusion, et c’est certainement vrai pour certains, mais ce n’est pas si évident à mettre en œuvre pour la gourmande que je suis. Et si je veux encore progresser dans ce domaine-là, une soupe comme celle-ci peut s’avérer idéale à défaut d’être indienne (et puis, elle contient tout de même pas mal d’épices que l’on retrouve dans la cuisine indienne). Son atout principal : elle cale bien tout en étant gourmande et parfumée. Je la garde dans mes archives et je ferai bien attention à utiliser un piment moins fort la prochaine fois !

IMG_2857

Ingrédients (pour 2 en plat unique ou 3-4 en entrée), recette légèrement adaptée de Vegetable Literacy de D. Madison

– 15 à 20 tiges de coriandre, lavées et séchées
– 2 c. à soupe d’huile végétale (ici j’ai utilisé de l’huile de tournesol)
– 1/2 gros oignon, épluché et émincé
– 1 grosse gousse d’ail, épluchée, dégermée et finement émincée
– 1 grosse tranche de gingembre frais, lavée, éventuellement épluchée (mais ce n’est pas obligatoire) et râpée ou finement émincée
– 1/4 c. à café de curcuma en poudre (j’ai utilisé un petit morceau de curcuma frais pelé et râpé)
– 3/4 c. à café de cumin moulu
– 1/4 c. à café de coriandre moulue
– 1/4 c. à café de cannelle moulue
– 1/4 c. à café de flocons de piment (ou de piment en poudre) ; quantité à adapter en fonction du piment que vous utilisez et de vos préférences
– 1 grosse pincée de clous de girofle moulus (2 clous entiers écrasés)
– 125 gr. de tomates pelées concassées (j’ai utilisé la moitié d’une petite boîte de conserve de bonnes tomates entières, que j’ai hachées moi-même)
– 450-500 gr. de patates douces, lavées, épluchées si elles ne sont pas bio, et coupées en dés
– Environ 3 grosses c. à soupe (1/4 de tasse/ 60 ml) de purée de cacahuètes (utilisez une purée de bonne qualité !)
– Sel

Pour garnir la soupe
– Jus d’un petit citron vert
– Flocons de piment (vous vous doutez que je n’en ai pas rajouté après avoir goûté ma soupe)
– Une grosse poignée de cacahuètes nature débarrassées de leur peau

IMG_2867

Recette

– Séparer les feuilles de coriandre des tiges. Mettre les feuilles de côté pour la garniture. Hacher finement les tiges.

– Dans une casserole, faire chauffer l’huile à feu moyen. Ajouter l’oignon et les tiges de coriandre hachées. Faire revenir 5 à 10 minutes, le temps que les oignons soient translucides. Ajouter l’ail émincé, le gingembre et toutes les épices. Mélanger et cuire une minute avant d’ajouter les tomates, les patates douces, une petite cuiller à café de sel et 550 ml d’eau. Porter l’eau à ébullition, puis réduire le feu, couvrir, et faire cuire les patates douces environ 30 minutes à petits bouillons (sur feu moyen), jusqu’à ce qu’elles soient tendres lorsqu’on les perce de la pointe d’un couteau. Ajouter la purée de cacahuètes, mélanger, goûter et saler si besoin.

– Réduire la soupe en velouté à l’aide d’un mixeur plongeant ou d’un blender. Hacher la moitié des feuilles de coriandre et les ajouter à la soupe. Garder au chaud sur feu très doux.

– Pendant la cuisson de la soupe, faire revenir les cacahuètes dans une petite poêle à sec, jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Laisser tiédir, puis hacher avec la moitié des feuilles de coriandre.

– Servir le velouté de patates douces dans des bols ou assiettes creuses. Ajouter un peu de jus de citron vert à chaque bol, mélanger et ajouter enfin le mélange de feuilles de coriandre et de cacahuètes hachées.

Bon appétit !

IMG_2877

The English-speaking corner

When the refrigerator is (almost) empty, I cook using whatever is lying about; and that doesn’t prevent me from trying out new recipes every now and then. Today, what was lying about was a large sweet potato. There was also a jar of excellent quality peanut butter in the pantry, and a bunch of cilantro in the refrigerator. When I decide to use one specific ingredient, I tend to turn to the indexes of my cookbooks, and search for inspiration or recipes that won’t require stepping out and shopping. And I found such a recipe once again in Deborah Madison’s cookbook (I already mentioned it here): African sweet potato and peanut soup. It is simple, quick, full of flavor, healthful, and filling, all at the same time. And for me this was quite a new experience, I had never used these ingredients together, and really enjoyed the combination of flavors.

Even though we both liked this soup very much, there is one thing I will change the next time I make it. Today I used way too much hot pepper flakes. Fortunately, this soup is full of other strong flavors, otherwise I am afraid we wouldn’t have enjoyed it as much (and I think it was almost too much for P.). But I learned a lesson: when your yoga instructor gives you a bag of red pepper flakes which were, I quote « sun dried and crushed by hand », and warns you that you must be very careful as it is excessively hot, you should consider following his advice. This was seriously the hottest pepper I had ever tasted. Speaking of yoga, this soup was actually meant as an application of what I learned at an 8-hour yoga course I attended on Sunday, where I was told (among many other things) that a true yogi neither eats too little, nor too much. That might sound like common sense to you, but it isn’t so easy for me to apply, as I am quite a gourmande. This soup is perfect if you want to follow that guideline though, as it is both filling and delicious, and even if it is not Indian, it makes use of quite alot of spices which are. I will certainly make it again… and will use a milder variety of pepper next time!

IMG_2863

Ingredients (serves 2 as a main dish, and 3 or 4 if it is served as a first course); recipe slightly adapted from D. Madison’s Vegetable Literacy… again

– About 15-20 sprigs of cilantro, washed and dried
– 2 Tbsp vegetable oil (I used sunflower)
– 1/2 a large onion, peeled and diced
– 1 large clove of garlic, peeled, germ removed, and finely minced
– 1 large slice of fresh ginger, washed, peeled if it isn’t organic, and grated or finely minced
– 1/4 tsp ground turmeric (I used a small piece of fresh turmeric, which I peeled and grated)
– 3/4 tsp ground cumin
– 1/2 tsp ground coriander
– 1/2 tsp ground cinnamon
– 1/4 tsp red pepper flakes (adjust the quantity to the kind of pepper you are using, 1/4 of a tsp was too much with the pepper I used, but it would have been perfect with Espelette for instance)
– 1 large pinch of ground cloves (about 2 ground cloves)
– 1/2 cup (about 125 gr.) crushed canned tomatoes (I used whole canned tomatoes)
– About 1 lb sweet potatoes, washed and scrubbed, then cubed
– 1/4 cup (about 3 large Tbsp) peanut butter
– Salt

Garnishes
– Juice of one small lime
– A large handful of unsalted, skinned peanuts
– Red pepper flakes (which, for obvious reasons, I did not use, but I will the next time I make this soup)

IMG_2885

Recipe

– Separate the cilantro leaves from the stems. Finely chop the stems, and set the leaves aside for garnishing the soup.

– In a large pot, heat the oil over medium heat. Add the chopped onions and cilantro stems, and cook for 5 to 10 minutes, until the onion is soft and translucent. Add the garlic, ginger, and all the spices, stir, and after about a minute, add the tomatoes, sweet potatoes, a level teaspoon of salt, and 550 ml water (about 2¼ cups). Bring to the boil, then reduce the heat, cover the pot, and simmer for about 30 minutes, or until the sweet potatoes are soft. Add the peanut butter, taste, and add more salt if required.

– Remove from the heat, and puree the soup. Chop half the cilantro leaves, and stir them into the soup.

– While the potatoes are cooking, place the peanuts in a small pan, and toast over medium heat until fragrant and lightly browned (don’t walk away, they tend to burn quickly). Let them cool, then chop together with half the cilantro leaves.

– Serve the soup in bowls or shallow plates. Stir some lime juice into each serving, and top with the cilantro and peanut mixture.

Bon appétit!

IMG_2880