Ni un pesto, ni une sauce

par Darya

IMG_0147

Le mois d’août c’est chouette parce qu’on a de vraies tomates, à la fois mûres et goûteuses (encore meilleures que celles de juillet). Des tomates qui n’ont jamais vu la tronche d’un frigo, des tomates parfois biscornues, ayant poussé quelque part dans le coin, tellement mûres qu’elles ne peuvent pas voyager jusqu’à l’autre bout du pays ; des tomates qui sont livrées avec leur lot de drosophiles et qui ont tendance à exploser dans le panier sur le chemin du retour du marché. Mais on oublie vite le jus de tomate collé au pantalon lorsqu’on croque dedans à pleines dents. La tomate me rend lyrique.

Quand arrive le mois d’août, on en profite et on mange des tonnes et des tonnes de tomates, autant de tomates que possible ! On ne s’en lasse pas de toutes façons, car la saison est trop courte et qu’une bonne tomate est trop bonne pour qu’il soit possible de s’en lasser. Nous avons déjà mangé un certain nombre de salades caprese (la fameuse tomate-mozzarella) et picoré un nombre incalculable de tomates cerises à l’heure de l’apéro, mais nous avons également mangé pas mal de pâtes à la sauce tomate « crue », à savoir des pâtes, un peu d’ail, beaucoup de tomates fraîches hachées, de l’huile d’olive, du sel, du poivre et c’est tout ! Que demander de plus ?

La recette que je partage avec vous aujourd’hui est à mi-chemin entre la « sauce » susmentionnée et le pesto trapanese, un pesto à base de tomates fraîches et d’amandes moulues, typique de la Sicile. Ici, j’ai ajouté des tomates séchées qu’il fallait finir et remplacé les amandes par des pignons de pin. Un peu de basilic, un peu de parmesan, et c’est le bonheur garanti ! C’est simple, rapide, et bon… à condition d’avoir de bonnes tomates, bien entendu !

IMG_0167

IMG_0185

Ingrédients (pour 2 personnes)

– 1 grosse tomate charnue (j’ai utilisé de la noire de Crimée)
– 1 gousse d’ail, épluchée et finement émincée ou écrasée
– 4 pétales de tomates séchées à l’huile, hachées
– Environ une grosse poignée de basilic frais, lavé, séché et émincé
– 2 à 3 c. à soupe de pignons de pin
– 4 à 5 c. à soupe d’huile d’olive (de qualité !)
– Du sel, du poivre, du piment d’Espelette

– 200 gr. de pâtes sèches (j’ai utilisé des cappelletti secs, mais des orecchiette ou même des rotelle feraient très bien l’affaire ici)

– Du parmesan, pour servir
– Quelques tomates cerises, pour servir

IMG_0140

Recette

– Mettre les pignons de pin dans une poêle et les faire griller à sec sur feu moyen jusqu’à ce qu’ils dégagent leur arôme et commencent à colorer. Surveiller attentivement, car ils brûlent vite ! (oh, combien de fois cela m’est arrivé de brûler mes pignons !) Ôter les pignons du feu, laisser refroidir quelques instants, en hacher finement les deux tiers et mettre de côté le tiers restant pour parsemer le plat au moment de servir.

– Laver et sécher la tomate fraîche. La couper en petits dés. Mettre les dés de tomate dans un grand saladier. Ajouter la tomate séchée hachée, l’ail finement émincé et une partie du basilic émincé (en garder un peu pour parsemer le plat à la fin). Ajouter du sel, du poivre et environ 1/4 de cuiller à café de piment d’Espelette (si souhaité). Ajouter également les pignons de pin hachés. Ajouter enfin 4 à 5 cuillers à soupe d’huile d’olive de bonne qualité. Bien mélanger, rectifier l’assaisonnement et laisser reposer à température ambiante le temps de préparer les pâtes (au moins 20 à 30 minutes).

– Faire chauffer une grande casserole remplie d’eau. Lorsque l’eau bout, ajouter assez de sel pour que l’eau soit bien salée (vous pouvez la goûter). Ajouter les pâtes et les faire cuire al dente (s’il s’agit de pâtes italiennes, le temps indiqué sur le paquet est généralement assez précis, mais j’aime goûter mes pâtes pour m’assurer de leur bonne cuisson). Dès qu’elles sont cuites, égoutter les pâtes puis les ajouter immédiatement à la sauce tomate et bien mélanger.

– Servir tiède ou à température ambiante dans des assiettes creuses. Ajouter les tomates cerises coupées en moitiés ou en quarts, le basilic et les pignons restants et parsemer de parmesan fraîchement râpé.

Buon appetito !

IMG_0171

The English-speaking corner

Neither a pesto nor a sauce

What I like about August is tomatoes; real tomatoes, tomatoes that are actually ripe and taste of tomatoes. August tomatoes are even better than July tomatoes. August tomatoes never saw the looks of a refrigerator. They can be funny looking, crooked, and the best are locally grown. They come with lots of fruit flies. Some of them explode on the way home from the market, but you forget the stains on your trousers the moment you bite into those tomatoes!

So when August arrives, we eat tons and tons of tomatoes, as many as we can! And we never get sick of tomatoes, because the season is short, and there is nothing better than a ripe tomato; it is impossible to eat too many. These days we have been eating lots of Caprese salads (the famous tomato and mozzarella salad), and have been snacking on bowl after bowl of cherry tomatoes with out apéritifs. But we have also been eating « raw » tomato sauce pastas: cook you pasta and toss it with lots of chopped fresh tomatoes, a little garlic, some olive oil, salt, pepper, and basta! There is truly no need for more.

The recipe I am sharing with you today is halfway between the recipe I just described and pesto trapanese, a Sicilian pesto made of chopped almonds and fresh tomatoes. Here I added sun-dried tomatoes that needed to be eaten, and replaced the almonds with pine nuts. I added some basil, some grated parmesan, and that’s it. It is simple, quick, and good… but it only works if you have the best tomatoes, of course!

IMG_0150

Ingredients (serves 2)

– 1 large, fleshy, interesting tomato (I used a Black Crimea heirloom variety), cored and chopped into small pieces
– 1 medium-large garlic clove, peeled and finely minced or crushed- 4 halves of sun-dried tomatoes, drained and finely minced
– A large handful of fresh basil, washed, dried, and finely minced
– 2 to 3 Tbsp pine nuts
– 4 to 5 Tbsp quality olive oil
– Salt, pepper, and red pepper flakes (I used Piment d’Espelette flakes, it is mild)

– 200 gr (7 oz) dried pasta (I used cappelletti, but orecchiette or rotelle would be great here)

– Freshly grated parmesan, for serving
– A handful of cherry tomatoes, halved or quartered, for serving

IMG_0179

Recipe

– Place the pine nuts in a small pan and set over medium heat. Toast them, stirring every now and then, until they are fragrant and lightly browned on all sides. Be careful not to let them burn, so don’t walk away (I cannot tell you how many times that has happened to me). Remove from the heat, allow to cool for a few minutes, then finely chop two thirds of the pine nuts, reserving the remaining third for sprinkling the dish in the end.

– In a large serving bowl, place the chopped fresh tomatoes, minced garlic, sun-dried tomatoes, most of the basil (keep some for serving), the chopped pine nuts, some salt, pepper, and about 1/4 of a teaspoon of red pepper flakes (if using). Mix well. Add the olive oil, stir again, adjust the seasoning, and let the sauce sit at room temperature while you prepare the pasta (at least 20-30 minutes).

– Bring a large pot of water to the boil. When the water is boiling, add alot of salt (you can taste the water, it should be salty), then add the pasta, and cook over high heat until al dente (if using Italian pasta, the timing on the package is usually accurate, but I like to taste my pasta to be sure). As soon as it is ready, drain, and immediately add the pasta to the bowl with the « sauce ». Toss the pasta with the sauce.

– Serve warm or at room temperature in shallow plates, add the cherry tomatoes, and sprinkle with the remaining basil, pine nuts, and as much parmesan as you like.

Bon appétit!

IMG_0177

IMG_0181