Des poivrons farcis improvisés

par Darya

IMG_0042

Pour bon nombre de Français, le mois d’août est le mois des vacances, et donc un mois sacré. Tout est calme, tout est fermé, les écriteaux des boutiques affichent le jour de réouverture, quelque part aux alentours du 25 août. On a l’impression de vivre un long dimanche de trente et un jours. Notre boucher ne déroge pas à cette règle. Vous auriez dû voir les clients faire la queue pendant des heures la semaine précédant la fermeture de la boucherie, attendant (im)patiemment leur tour pour finir par se rendre compte qu’il n’y avait plus grand chose en stock, qu’il fallait passer commande, revenir quelques jours plus tard, refaire la queue avant de repartir, les bras chargés de leur stock aoûtien de viande (qui représente à peu près ce que nous consommons à deux en un an). Le vendredi avant la fermeture, le boucher distribuait  même gratuitement des saucissons à l’ail pour se défaire de son stock, et le flot de clients ne cessait pas. C’était la pagaïe.

L’an passé, mal organisés, notre mois d’août fut presque entièrement végétarien, faute d’avoir eu la lumineuse idée d’acheter un peu plus de viande que de coutume et de la congeler. Cette année, c’est le contraire ; après avoir fait la queue durant 45 minutes derrière une dame qui a acheté la moitié de la boucherie pour sa belle-mère, j’ai rempli le congélateur de viandes de toutes sortes. Et nous ne la mangeons pas. Ou peu. Parfois, il fait trop chaud pour cuisiner. D’autres fois, la paresse (ou la charge de travail) prend le dessus. D’autres encore, rien n’est décongelé à temps. Aujourd’hui, exceptionnellement, aucun de ces éléments n’était réuni. La chair à saucisse était décongelée, une étape dans le travail était finie, et le soleil a décidé de se cacher derrière les nuages [cela se voit sur les photos, un peu sombres], le temps s’est rafraîchi, j’ai donc accepté l’idée de me mettre aux fourneaux.

Et j’ai farci deux beaux poivrons rouges, rapportés samedi matin du marché. La farce est quelque peu improvisée même si l’idée m’est venue d’une jolie photo dans Ripe de Nigel Slater. Elle s’est avérée fort bonne, et je partage donc la recette avec vous, en espérant qu’elle vous donnera envie d’improviser à votre tour une recette de poivrons farcis.

IMG_0034

Ingrédients (pour 2 personnes)

– 2 poivrons rouges, lavés, coupés en deux, les graines et les membranes blanches ôtées
– 1 c. à soupe d’huile d’olive
– 1/2 gros oignon, ou 1 petit oignon, épluché et finement émincé
– 1 gousse d’ail épluchée, dégermée et hachée
– 2 branches de thym frais, effeuillées
– 1 grosse tomate mûre, grossièrement hachée (j’ai utilisée une cornue des Andes de la région, mûre à point, idéale car elle contient peu de pépins et beaucoup de chair parfumée)
– 2 c. à café de basilic frais, émincé
– 25 à 30 gr. de chapelure (j’ai utilisé 3 biscottes aux céréales broyées)
– 150 à 175 gr. de porc haché
– Du sel, du poivre fraîchement moulu, éventuellement une pincée d’épices telles que curcuma, cumin, coriandre, paprika (fumé), piment…
– Environ 4-5 c. à soupe de parmesan fraîchement râpé

IMG_0056

Recette

– Préchauffer le four à 200°C. Disposer les moitiés de poivrons dans un plat allant au four.

– Faire chauffer l’huile d’olive dans une poêle à feu moyen. Ajouter les oignons et les faire revenir, en remuant de temps en temps, sur feu moyen-doux. Ils doivent ramollir, pas colorer ; cela prendra environ 10 minutes. Ajouter l’ail, le thym effeuillé, des épices (si l’on souhaite) et faire revenir environ une minute. Ajouter les tomates et 1 cuiller à café de basilic haché et faire revenir le mélange, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que les tomates commencent à se disloquer pour former une sorte de compote ; cela prendra environ 5 à 10 minutes. Saler et poivrer.

– Hors du feu, ajouter la chapelure, la deuxième cuiller à café de basilic émincé et le porc haché. Bien mélanger. Farcir les poivrons de ce mélange en tassant bien (environ 3 c. à soupe par poivron).

– Parsemer les poivrons de parmesan et enfourner pour 35 à 40 minutes. Les poivrons doivent être tendres et commencer à brunir légèrement sur les bords. Servir avec une salade verte.

Bon appétit !

IMG_0048

The English-speaking corner

Improvised stuffed peppers

For most French people, August is the sacred month of holidays. Everything is quiet, everybody is gone, and all the shops are closed, with signs on the door saying they will only open sometime around August 25th. It feels like a 31 day long Sunday. Our butcher is also gone. You should have seen the clients standing in line for hours during the week before he closed the shop, waiting (im)patiently for their turn, realising that most of the food was out of stock, ending up ordering food for the upcoming Friday, coming back on the Friday, standing in line again, and leaving, with their arms loaded with enough meat to last at least until next year, or so it looks to me. On the day before the shop closed, the butcher was even giving out garlic sausages for free in order to get rid of his stock; there was no end to the flood of customers. It was quite chaotic!

Last year, August ended up being a vegetarian month for us, as the disorganized couple that we are hadn’t thought of buying any extra meat and freezing it. This year, it is the other way around. After standing in line for 45 minutes (maybe it was even more) watching the lady before me buying half the shop for her mother-in-law, I filled the freezer with all sorts of meat, which we are now not eating. At least we are not eating much of it. At first, it was too hot to cook. Then I got lazy. Then I had too much to do. Then I would want to cook something, but the meat being in the freezer we would end up cooking up a simple pasta dish. Exceptionally, today, none of that happened: I had left the ground pork in the refrigerator overnight to thaw, I had finished some of the work I had to do, and most importantly, the sun hid behind a cloud, it got cooler, and I was ready to cook up something more elaborate than a smoothie.

So I stuffed two beautiful, juicy red peppers I got at the market on Saturday from a very funny lady. The stuffing, based on a photograph from Nigel Slater’s Ripe is somewhat improvised, but nothing out of the common: we liked it quite alot, so I decided to share the recipe with you. I hope it inspires you to make your own improvised stuffed peppers!

IMG_0041

Ingredients (serves 2 people)

– 2 red bell peppers, sliced in half, cored, seeds and white pith removed
– 1 Tbsp olive oil
– 1/2 large onion (or 1 small onion), peeled and finely chopped
– 1 garlic clove, peeled, germ removed (I use fresh garlic so I skip that step), and finely chopped
– 2 bushy sprigs of thyme, leaves removed from the stems
– 1 large red tomato, roughly chopped (I used a beautiful, locally grown and therefore perfectly ripe Cornue des Andes, an heirloom variety shaped like a pepper with lots of flesh and not too many seeds)
– 2 tsp chopped, fresh basil
– 25-30 gr. breadcrumbs (about 1 oz)
– 150-175 gr. ground pork (about 5.5 oz)
– Salt, freshly ground pepper, and, if wished, any or all of the following ground spices (in tiny pinches): cumin, turmeric, coriander, (smoked) paprika, red pepper…
– About 4-5 Tbsp freshly grated parmesan

IMG_0053

Recipe

– Preheat the oven at 200°C (390°F). Place the pepper halves in an oven-proof dish.

– Heat the olive oil in a pan over medium-low heat. Add the onions and cook, stirring occasionally, until they become soft (do not brown); it takes at least 10 minutes if not more. Add the garlic, thyme, and spices (if using), and cook for another minute. Add the chopped tomatoes and one teaspoon of the fresh basil. Cook for 5 to 10 minutes over medium-low, until the tomato breaks down and the mixture looks like a « compote ». Add some salt and pepper.

– Remove the pan from the heat and add the breadcrumbs, extra teaspoon of basil, and ground pork. Mix well. Spoon the stuffing into the peppers, pressing it gently inside, and piling it high above (about 3 tablespoons for each pepper half). Sprinkle with parmesan, and place in the oven.

– Bake for 35-40 minutes, until the peppers are tender and slightly browned on the edges. Serve with a green salad.

Bon appétit!

IMG_0062