Minestrone d’hiver

par Darya

Il y a un an à la même date, je suis devenue lilloise. La journée avait été fraîche mais ensoleillée, ce qui ne correspondait pas tout à fait aux dires de certains Parisiens, persuadés que le Grand Nord de la France se trouvait dans une zone climatique sinon polaire, du moins londonienne (comprenez pluvieuse). Le chauffage n’était pas encore allumé, les fenêtres ouvertes, et en fin de journée, j’ai probablement déniché une casserole dans un de mes cartons pour préparer un bon plat de pâtes, le genre de chose que je prépare lorsque je veux faire quelque chose de simple, rapide, consistant, et qui ne demande aucune réflexion.

On ne peut pas dire que nous ayons été gâtés cet automne, et en ce 5 novembre 2012, pour fêter l’anniversaire de mon arrivée à Lille, le chauffage est allumé depuis quelques semaines déjà, et je prépare une soupe. Une soupe hivernale. Une soupe consistante, réchauffante, réconfortante. Une soupe avec des gros morceaux de légumes, des haricots secs, et un bon bouillon ; en somme, un Minestrone. Le Minestrone (« grande soupe » en italien) est une soupe épaisse à base de légumes de saison, à laquelle il est possible d’ajouter des pâtes courtes (je ne le fais pas, et je trouve ça bien meilleur sans), du parmesan, ou du lard fumé. Ici, je n’ai ajouté qu’une croûte de parmesan qui traînait dans le réfrigérateur, mon stock de parmesan étant épuisé. À ce propos, conservez vos croûtes de parmesan (au congélateur si vous ne les utilisez pas rapidement), et ajoutez-les à vos soupes, ça donne un petit plus non négligeable !

La liste des ingrédients est certes un peu longue, mais à part le temps qu’il faut consacrer à hacher, émincer et découper, le temps de préparation n’est pas très long. Ayez tous les ingrédients prêts avant de commencer à cuisiner, et tout ira comme sur des roulettes.

Je me suis inspirée une fois de plus du livre d’Alice Waters, “The Art of Simple Food”, dans lequel les recettes de soupes sont toutes plus délicieuses les unes que les autres.

Minestrone d’hiver (pour 4 gros mangeurs)

Ingrédients :

– 120 gr. de haricots secs (borlotti si vous en trouvez, sinon des haricots blancs feront très bien l’affaire)

– ¼ de chou blanc coupé en morceaux de la taille d’une bouchée
– 250 ml de bouillon (de volaille, ou de légumes si vous souhaitez un plat végétarien, ou encore vous pouvez utiliser de l’eau salée)
– Une noisette de beurre

– 2 c. à soupe d’huile d’olive
– ½ oignon finement haché
– 1 petite carotte coupée en petits dés
– 1 branche de céleri coupé en petits dés

– 1 grosse gousse d’ail grossièrement hachée (ou 2 petites gousses)
– 1 branche de thym
– 1 feuille de laurier
– 1 c. à café de sel

– 500 ml de bouillon (de volaille, de légumes, ou de l’eau)
– Une croûte de parmesan (facultatif)

– 1 petit poireau émincé
– 250 gr. de navets, épluchés et coupés en dés (2 navets)
– 1 grosse pomme de terre, épluchée et coupée en dés

Recette :

– La veille : placer les haricots secs dans un bol. Couvrir largement d’eau et laisser tremper toute la nuit.

– Le lendemain : égoutter les haricots, les placer dans une casserole, couvrir d’eau froide. Porter l’eau à ébullition, baisser le feu, écumer si nécessaire et mijoter environ 45 minutes, jusqu’à ce que les haricots soient tendres. Je commence à vérifier la cuisson après 20-30 minutes, le temps de cuisson dépendant de l’âge des haricots et de leur taille. Couper le feu et laisser les haricots dans leur liquide de cuisson jusqu’au moment de les utiliser. (Cette étape peut être faite à l’avance, même quelques jours avant ; il suffit de conserver les haricots dans leur liquide de cuisson).

– Pour la soupe, faire chauffer une sauteuse sur feu moyen. Ajouter la noix de beurre, puis une fois celui-ci fondu, le chou et le bouillon. Cuire en mélangeant de temps en temps à feu moyen, jusqu’à ce que le chou soit tendre et le bouillon presqu’entièrement évaporé.

– Faire chauffer 2 c. à soupe d’huile dans une grande casserole sur feu moyen. Ajouter l’oignon haché, la carotte et le céleri et mélanger. Cuire 5 minutes environ, jusqu’à ce que l’oignon soit devenu translucide ; il ne doit pas brunir. Ajouter l’ail, le thym, le laurier et 1 c. à café de sel. Mélanger et laisser cuire quelques minutes supplémentaires. Ajouter le bouillon et la croûte de parmesan et porter à ébullition. Ajouter le poireau, les navets et les pommes de terre et baisser le feu. Laisser frémir environ 10-15 minutes. Au bout de 10 minutes, ajouter les haricots et 120 ml d’eau de cuisson des haricots (garder le reste). Ajouter enfin le chou cuit. La soupe doit être épaisse, mais il est possible d’ajouter un peu plus de liquide de cuisson des haricots si l’on souhaite.

– Retirer le thym, le laurier et la croûte de parmesan. Goûter et ajouter du sel si besoin.

Bon appétit !